Divers

retour

Le téléphone à Chantepie

Publié le 01/01/2012

Comme beaucoup de communes, Chantepie a été interrogée sur l’implantation d’antennes relais de téléphone mobile.
Au-delà de cette question sur les antennes et développement du téléphone portable, il nous est apparu de reposer la question du téléphone sur notre commune.

Le téléphone filaire

La Découverte du téléphone

Alexander Graham Bell invente le téléphone en 1876.
Le 9 juillet 1877 est créée la Bell Telephone Company aux Etats-Unis. L'histoire du téléphone peut commencer.
Dans les années 1920, apparaît le téléphone à cadran. Puis dans les années 1960, apparaissent les téléphones crapauds.
Dans les années 1980, apparaissent les téléphones à touches, de toutes les couleurs et de toutes les formes.
Vers 1990, apparaissent les téléphones sans fil. Ils sont légers et de toutes les couleurs. Les satellites permettent d’atteindre immédiatement son correspondant partout dans le monde.

Le Développement national

Si outre-Atlantique le téléphone trouve vite une clientèle, son introduction est plus lente en Europe.
En France, la Société Générale des Téléphones obtient en décembre 1880 l'autorisation d'exploiter les réseaux téléphoniques qui se développent en particulier dans les grandes villes portuaires. Cependant le nombre d'abonnés reste faible.
En 1882, l'Administration, à son tour, décide de se lancer dans l'exploitation de réseaux téléphoniques et le 10 juillet 1889, les députés votent le rachat par l'État des réseaux existants.
À la veille du premier conflit mondial, le réseau français est encore peu développé.

 Le Développement local : Chantepie*

Avant que le téléphone ne soit opérationnel dans les bourgs de France, il se passa bien du temps.
Les personnes qui avaient des opérations télégraphiques importantes à faire devaient se rendre dans un bureau de pose de la ville de Rennes.
En ce qui concerne les communications téléphoniques : à Chantepie, il fut mis en service le 1er septembre 1912, dans la maison du « Pigeon Blanc », chez J.M. Chenard (n° 62 de l’avenue André Bonnin). C’est la cabine téléphonique de Chantepie. Les parents vivaient là, et leur fils, cordonnier (maire de Chantepie de 1947 à 1977), exerçait au rez-de-chaussée, le téléphone étant installé à côté de son atelier.
En 1928, cette cabine a été transférée dans la nouvelle maison de J.M. Chenard qui vient d’être construite. Dans le Nouvel Annuaire d’Ille-et-Vilaine de cette même année, trois postes privés sont mentionnés à Chantepie : à la ferme d’Hallouvry, chez Pannetier et Lépont.
Lors de l’ouverture de l’agence postale, à l’emplacement des classes de l’école des garçons en 1959, la cabine publique y fut transférée. La gérante de l’agence était salariée de la commune.
Vers 1967, un poste téléphonique fut installé à l’extérieur, près de l’église, devant « Le Paléting Bar » géré par Madame Bramtot.
En 1972, l’agence postale quitta les locaux de l’ancienne école et va occuper l’aile gauche du bâtiment, là où se situe de nos jours la salle du Conseil municipal.
Une cabine téléphonique de rue fut installée sur la place de la mairie, à quelque pas de la « Fontaine aux oiseaux » de Manoli. Dans le quartier « Verlaine » une autre cabine prit palace dans les années 1980.
La poste aménagea sur la place des Marelles en 1989.

*Sources : Jean-Claude Fichet, Jean Bertel

 

Le développement de nouveaux moyens de communication sans fil

Le téléphone portable

Le téléphone portable, également appelé téléphone mobile ou téléphone cellulaire, a révolutionné notre vie quotidienne en nous permettant de communiquer sans fil, partout où il y a un réseau de téléphonie mobile. Cette invention qui repose sur la transmission par ondes électromagnétiques.

Invention et apparition du téléphone portable

Le téléphone portable n’est pas, à proprement parler, une invention mais un objet né de l’association de plusieurs technologies (dont certaines étaient connues depuis la fin des années 40).
Les origines de cette innovation remontent à la technologie radio qui a été développée à partir des années 1940. En effet, les téléphones portables utilisent des ondes électromagnétiques, tout comme le réseau pour la radio, la télévision et les autres réseaux de communication dédiés aux gendarmes ou aux ambulanciers.
Dès 1947, une invention décisive intervient avec la création des cellules hexagonales pour les téléphones de Bell Labs, qui transmettent et reçoivent des signaux dans trois directions.
L’invention du téléphone mobile est généralement attribuée au Docteur Martin Cooper, alors directeur de la recherche et du développement chez Motorola. Il serait la première personne à avoir passé un appel sur un téléphone cellulaire en avril 1973.
Il fallut pourtant attendre encore plusieurs années pour que les téléphones soient suffisamment miniaturisés pour pouvoir être qualifiés de "mobiles", avec le premier véritable téléphone portable de Motorola en 1983 lancé aux États-Unis.
Ce n'est qu’au début des années 1990 que les téléphones cellulaires sont devenus assez petits et assez bon marché pour intéresser le consommateur moyen.
En France, le premier téléphone mobile est apparu en 1992.

Évolutions du portable

À partir des années 1990, les modèles de téléphone portable sont considérés comme étant de seconde génération (2G). Ils étaient déjà beaucoup plus petits que leurs prédécesseurs, grâce aux progrès de la technologie des batteries et de la puce informatique. Ces innovations sont à l’origine d’un véritable boom de la téléphonie mobile auprès du grand public.
Les téléphones mobiles actuellement disponibles sont dits "de troisième génération" ou plus communément appelés 3G. Ils intègrent de nombreuses innovations dans la technologie et les services et permettent d’envoyer des SMS, mais aussi des images, des photographies, des sons et des vidéos. Les nouveaux équipements embarqués associés au téléphone portable permettent désormais de lire et rédiger des e-mails, naviguer sur Internet, photographier et enregistrer des vidéos, écouter de la musique ou encore regarder la télévision.
Dans l’avenir, les téléphones mobiles devraient offrir des fonctionnalités de localisation automatique (guidage pour piétons et informations locales), des systèmes de paiement (porte-monnaie électronique déjà utilisé au Japon) et devenir de véritables "couteaux suisses numériques" cumulant une multitude de fonctions.

Réglementation nationale : obligations des opérateurs

La loi Chatel entrée en vigueur le 1er juin dernier, impose de nouvelles directives aux opérateurs de téléphonie mobile ainsi qu'aux fournisseurs d’accès à Internet qui doivent modifier bon nombre de leurs méthodes. Les changements les plus importants pour les consommateurs sont les suivants : fin des hotlines surtaxées (mis en relation), résiliation de contrat facilitée et durée d’engagement plus courte, une information client plus transparente.

Évolution à Chantepie

À Chantepie, différents opérateurs se sont implantés sur la commune.
La commune compte quatre implantations d’antennes relais de téléphonie mobile publiques : allée du stade (Orange et SFR) et sur le clocher de l’église (Bouygues et Orange) et deux implantations privées.

 Considérant les inquiétudes et interrogations de la population et la nécessité d’appliquer le principe de précaution en raison des risques de troubles à la santé publique, le Conseil municipal réuni le 21 mars dernier a demandé que les opérateurs fassent connaître leurs projets avant de recevoir le dossier d’information officiel, ceci afin d’anticiper les difficultés, et qu’ils privilégient les implantations sur des sites permettant une mutualisation avec d’autres opérateurs. Les élus ont aussi émis le voeu que SFR renonce à son projet d'implantation d’une antenne relais sise au Petit Cucé, à Cesson Sévigné, en limite de notre commune, à proximité d’une zone habitée et occupée par des enfants.

Cette réflexion sur l’utilisation du téléphone portable dépasse le cadre communal.
L’augmentation de l’utilisation du téléphone portable augmente le bassin d’antennes et l’on se rend compte que ce n’est pas quelque chose d’acquis.
C’est aussi au citoyen de se questionner et d’utiliser d’autres moyens d’échange.
Trois décisions du Conseil d’État rendues le 26 octobre 2011, interdisent aux maires d’intervenir dans le cade de leur pouvoir de police afin de réglementer par arrêté l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile sur le territoire de leur commune.
Le Conseil d’État juge que seules les autorités de l’État désignées par la loi (ministre, l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes -ARCETP-, l’Agence Nationale des Fréquences -ANFR-) sont compétentes pour réglementer de façon générale l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile et qu’il s’agir d’une prérogative de l’État.

 

Les antennes relais

Pour une majorité de nos concitoyens, le téléphone mobile est rapidement devenu, au travail, à la maison, dans les déplacements, pour l’efficacité, la sécurité ou le confort, un élément à part entière de la vie quotidienne, qui apparaît même indispensable pour beaucoup.
Afin d’offrir une qualité de service à la hauteur de la demande des nombreux utilisateurs de téléphone mobile, les opérateurs ont déployé des réseaux de téléphonie mobile qui couvrent aujourd’hui 99 % de la population française en 2G. Ces réseaux doivent permettre d’émettre ou de recevoir un appel presque partout avec une bonne qualité, mais également de télécharger ou d’envoyer des données rapidement (Internet, e-mail…).
En d’autres termes, sans antenne-relais, le téléphone mobile ne fonctionnerait pas !

Qu’est-ce qu’une antenne-relais ?

Une antenne relais est un émetteur-récepteur d’ondes-radio indispensable au fonctionnement des téléphones mobiles. Tout comme la télévision et la radio fonctionnent grâce à des émetteurs, les téléphones mobiles ne pourraient pas fonctionner sans antennes-relais.

A quoi servent-elles ?

Les opérateurs de téléphonie mobile installent des antennes-relais qui permettent de couvrir un territoire donné dans lequel il est possible de téléphoner sans coupure lorsque l’on se déplace. Chaque antenne doit couvrir une zone géographique très précise.
Le téléphone mobile communique par ondes radio avec l’antenne-relais la plus proche du réseau de l’opérateur téléphonique. Les antennes-relais permettent donc à l’utilisateur de « capter » en permanence (hors lieux non couverts, comme certains tunnels ou ascenseurs…) et d’éviter les saturations locales dues à un trop grand nombre d’appels. Elles offrent également la possibilité aux utilisateurs d’accéder à l’internet mobile haut débit et à de nombreux services multimédias.
Dans les zones de mauvaise réception, le téléphone mobile fonctionne à puissance maximale pour pouvoir se faire entendre de l’antenne-relais. Il réduit automatiquement sa puissance lorsque la réception, et donc la couverture, sont de bonne qualité. En résumé, une bonne couverture par les réseaux mobiles permet généralement de réduire l’exposition aux ondes radio des utilisateurs de téléphone mobile.

Comment fonctionne une antenne-relais ?

Une antenne-relais se comporte un peu comme un phare qui éclaire la mer. Elle émet un faisceau légèrement incliné vers le bas. Le faisceau est légèrement incliné vers le sol et n’atteint le sol qu’à une distance de 50 à 200 mètres selon la hauteur et l’inclinaison de l’antenne. Plus le faisceau s’éloigne de l’émetteur, plus l’intensité diminue.