Divers

retour

Chantepie s'ouvre sur l'extérieur

Publié le 01/02/2011

Pour être plus forte, la commune exerce certaines de ses compétences en lien avec d’autres communes. C’est donc bien autour de projets que se constituent les associations et syndicats intercommunaux, ainsi que les établissements publics de coopération intercommunale.
En parallèle, nos relations internationales se poursuivent, notamment avec la ville d’Obrigheim, en Allemagne.
Ce dossier vous permettra de découvrir ou de redécouvrir les projets et les structures qui permettent à Chantepie de se tourner vers l’extérieur.
Je vous en souhaite bonne lecture.

Grégoire LE BLOND
Maire de Chantepie
Vice-président de Rennes Métropole

 

Le Syndicat Intercommunal d’Alimentation en Eau Potable (SIAEP) de Chantepie/ Vern-sur-Seiche

René ROUSSEL
Vice-président du Syndicat Intercommunal d’Alimentation en Eau Potable (SIAEP) de Chantepie / Vern-sur-Seiche

Pour mémoire, l’eau est distribuée à Chantepie par la société Véolia qui exploite le réseau de distribution appartenant au SIAEP, le Syndicat Intercommunal d’Alimentation en Eau Potable (SIAEP) de Chantepie / Vern-sur-Seiche.
En effet, depuis 1961, les communes de Chantepie et Vernsur- Seiche ont délégué la compétence “ Eau potable “ à un syndicat administré par un comité constitué de 3 élus délégués pour chacune des deux communes.
Le SIAEP ne produit pas d’eau potable. Depuis le 1er janvier 2011, toute l’eau distribuée par le SIAEP est achetée au SMPBR, le Syndicat Mixte de Production d’eau potable du Bassin Rennais.
En octobre 2010, le Conseil municipal a pris acte du bilan d’activité de l’année 2009.

Pour 2009, les éléments suivants sont relevés :

  • faible baisse de la consommation sur le syndicat de – 0,6 % alors que le nombre de clients a augmenté de 1,2 %.
  • travaux de renforcement en 250 mm avenue André Bonnin vers l'opération des Rives du Blosne, ainsi que le renforcement en 140 mm sur le secteur du Hil et de la Noë des Chassiers.

Quelques chiffres pour 2009 à l’échelle du Syndicat, donc concernant à la fois Vern-sur-Seiche et Chantepie

  • Longueur totale des canalisations et branchements : 173 km
  • Volume d’eau acheté : 761 223 m3
  • Nombre d’abonnés : 7 768 (16 000 habitants environ)
  • Consommation moyenne annuelle pour un abonnement domestique : 79 m3

L'eau distribuée à Chantepie est de bonne qualité.
Vous pouvez consulter le résultat des analyses effectuées régulièrement par l'Agence Régionale de Santé sur le site de la ville http://www.chantepie.fr/accueil/Environnement/qualite_de_leau_potable
Pas d'hésitation donc. Buvons l'eau du robinet plutôt que de l'eau en bouteille. D'une part c'est environ 100 fois moins cher, et d'autre part consommer de l'eau en bouteille n'est pas sans conséquence pour l'environnement car cela nécessite de l'énergie pour la fabrication et la distribution des bouteilles.”

Les échanges internationaux

Martine LEBRUN
Adjointe à la Jeunesse,
Personnes âgées, Handicap


Chantepie est jumelé avec Obrigheim depuis 1996, et de nombreux échanges ont eu lieu entre nos deux villes.
Nous venons d’organiser un séjour de 7 jours pendant les congés scolaires de Printemps, pour un groupe de 10 élèves de primaire. Ils ont été accueillis dans des familles et ont passé un jour dans l’école de leur correspondant. Des activités encadrées ont été proposées pour les autres jours.
À la suite de cette rencontre, notre souhait est de pérenniser ces échanges. Les parents d’élèves français sont toujours très motivés pour accueillir leurs correspondants allemands.
Nous pourrions envisager de recevoir ces correspondants lors d’une visite officielle au Printemps. Nous travaillons pour que cet échange s’organise afin de permettre aux enfants qui le peuvent de venir passer quelques jours à Chantepie.
Pour mener ces projets de jumelage, nous avons décidé la constitution d’une commission qui permette de gérer nos relations de partenariat avec des villes étrangères et en premier lieu avec notre ville jumelle Obrigheim. Notre but est de mettre en place une nouvelle organisation dans laquelle les acteurs actuels et futurs de nos échanges de ville pourront trouver leur place.
Notre nouvelle organisation commence par la création d’une commission extra municipale sur les échanges internationaux.
Cette dernière a vu le jour début octobre 2010. Cette commission est constituée de 10 membres permanents, élus et non élus : 4 élus de la majorité, 1 élu de la minorité et 5 membres non élus.
Ces personnes désignées le sont pour leur intérêt à la question des échanges, notamment deux parents d’élève ayant participé au dernier séjour d’enfants en Allemagne et susceptibles de dégager du temps dans la durée pour permettre un réel investissement.

 

Le nouveau Syndicat Départemental d’Énergie d’Ille-et-Vilaine : le SDE 35

Jean-Yves GOMMELET
Délégué aux Transports, Infrastructures et Sécurité
Délégué du Collège de Rennes Métropole et Membre du Bureau du S.D.E. 35


De l’Intercommunalité à la Départementalisation
En matière d’organisation des services publics locaux comme l’eau ou l’électricité, l’intercommunalité est historiquement un facteur fondamental du développement des services à la population. C’est ainsi que sont nés, au début du siècle dernier, les Syndicats
Primaires d’Électrification avec pour objectif de renforcer la position des communes, dans une démarche de solidarité, vis-à-vis des sociétés privées, à l’époque, ayant en charge la production et la distribution de l’électricité. La commune de Chantepie est alors membre du Syndicat de Châteaugiron créé en 1927 et regroupant 20 communes du sud-est du département.
La loi de nationalisation du 8 avril 1946 ayant attribué le monopole de la distribution de l’électricité à E.D.F., concessionnaire obligé des collectivités, la poursuite du développement des réseaux électriques a naturellement conduit les Syndicats Primaires à se regrouper en un Établissement Public de Coopération Intercommunale (E.P.C.I.), le Syndicat Départemental d’Électrification d’Ille et Vilaine, créé en 1964, devenu en 2007 le Syndicat Départemental d’Énergie d’Ille-et-Vilaine en regroupant alors 335 communes représentant plus de 500 000 habitants, avec pour mission l’organisation du service public de distribution de l’énergie électrique, service délégué suivant un contrat de concession à E.R.D.F.
Au regard de l’évolution de la réglementation européenne sur la distribution de l’électricité, nous entrons dans un contexte concurrentiel de la distribution de l’électricité. Il apparaît donc naturel de rationaliser les périmètres des structures de coopération intercommunales existantes et de fédérer l’ensemble des autorités organisatrices de la distribution publique d’électricité du département d’Ille-et-Vilaine au sein d’une entité unique intégrant les communes et communautés de communes qui n’étaient pas encore adhérentes du S.D.E., soit 353 communes pour 980 000 habitants.
Par délibération du Conseil municipal du 21 septembre 2009, la ville de Chantepie a choisi d’adhérer au nouveau syndicat, conformément au principe de solidarité entre communes dans le souci d’une amélioration globale du réseau électrique.
Organisation et Missions
Officiellement créé depuis le 1er mars 2010, le S.D.E. 35 est organisé en un Comité Syndical de 64 élus issus de collèges électoraux correspondants aux communautés de communes ou d’agglomérations :

  • 1 représentant par commune par tranche de 20 000 habitants ;
  • chaque collège électoral désigne 1 représentant titulaire et1 suppléant par tranche de 15 000 habitants, plafonné à 15 titulaires et 15 suppléants.

La commune de Chantepie (1 élu) fait partie du collège de Rennes Métropole (47 élus).
Le bureau du S.D.E. 35 comporte 21 membres dont le Président et 6 Vice-présidents.
Le S.D.E. 35 a pour principales missions :

  • les travaux d’extension, de renforcement et d’enfouissement des réseaux, (25 M_ de travaux annuels),
  • le contrôle et l’audit auprès d’E.D.F.,
  • la défense des usagers,
  • la construction et l’aide à la gestion et à l’entretien des réseaux d’éclairage public, (7 M_ de travaux annuels).

Le S.D.E. peut également, à la demande des communes, s’investir dans le domaine du gaz et des réseaux et infrastructures de communications.
C’est un outil privilégié de proximité, situé au Village des Collectivités d’Ille-et-Vilaine, au service des communes et des usagers.

 

Syndicat intercommunal de la Zone Industrielle Sud-est : structure discrète mais active !

Alban KERBOEUF
Conseiller municipal délégué à l’urbanisme
Vice-président du syndicat de la Z.I. Sud-est


La Zone Industrielle Sud-est est la plus grande zone d’activité de l’ouest. Elle s’étend sur 220 hectares et est surtout le siège de milliers d’emplois.
Les trois communes sur le territoire desquelles elle s’étend, Cesson- Sévigné, Chantepie et Rennes, y prêtent donc une attention particulière. Son entretien général (voiries, réseaux,…) est à leur charge. Ce dernier point est souvent méconnu dans la mesure où la compétence développement économique est en principe exercée par la communauté d’agglomération Rennes Métropole. Compte tenu de l’importance des coûts de restructuration de parcs d’activités anciens, tels notre Z.I., l’agglomération se borne en réalité à aménager des zones nouvelles.
Nos trois communes coordonnent leurs actions au moyen d’un syndicat intercommunal. Elles y disposent chacune de trois représentants et financent ses actions suivant une règle des trois tiers.
Les actions entreprises par le syndicat depuis le début en 2008 de l’actuelle mandature visent à protéger l’environnement. Notre équipe est en effet la première à mettre en oeuvre des solutions concrètes pour le traitement des eaux pluviales de surface recueillies dans la Z.I.
Jusqu’en 2010, elles s’écoulaient directement dans la Vilaine ! Un ouvrage destiné à détecter et à piéger les pollutions a depuis été construit. En cas d’alerte, une convention entre nos trois communes permet de faire intervenir un même service technique pour remonter à la source de ces pollutions et d’en sanctionner les responsables.
La Zone Industrielle Sud-est est un secteur stratégique. Le taux de mutation immobilière s’y élève à 10 % tous les ans et certaines friches sont apparues au fil des ans. Des actions de restructuration seront sans nul doute à entreprendre dans les prochaines années. La mobilisation de toutes les collectivités publiques, y compris la métropole, sera alors nécessaire

 

Le Point Accueil Emploi

Grégoire LE BLOND
Président du P.A.E. Sud-est 35

Le Point Accueil Emploi Sud-est 35 est une association intercommunale regroupant 5 communes : Chantepie, Vern-sur-Seiche, Nouvoitou, Corps-Nuds et Saint-Armel.
Animé par trois salariées, le P.A.E. organise sur les communes des permanences d’accueil pour les demandeurs d’emplois. Aide à la rédaction de CV, entretiens pour préciser leurs recherches, conseils pour reprendre une formation, mais aussi réconfort sont le quotidien des permanentes P.A.E. Des contacts réguliers avec les entreprises implantées sur nos communes favorisent le « réflexe P.A.E.», notamment pour pourvoir à des remplacements ponctuels pour lesquels une grande réactivité est nécessaire.
La crise a fragilisé la situation de nos demandeurs d’emploi. Pour maintenir la qualité du service, en tenant compte de la hausse des usagers, les communes ont depuis deux ans augmenté leur participation financière au budget du P.A.E (+5 %/an), et regrettent que les aides du Conseil général n’aient pas suivi en dépit des situations difficiles qui augmentent régulièrement.
En 2010, une convention avec le Pôle Emploi a été signée, permettant au P.A.E. d’accéder à des outils plus modernes. L’e-partenet permet aux salariées du P.A.E l’usage d’outils de ciblage des offres, de mise en relation entre les demandeurs et les entreprises.
Cet outil gratuit et accessible via le net favorise la réactivité du P.A.E. Ce service permet de mieux mobiliser les offres d’emploi au profit des personnes à la recherche d’un emploi et de proposer des offres ciblées les plus adaptées au public reçu.
Le P.A.E. de Chantepie est ouvert au public du lundi au vendredi, de 9h à 11h30, sans rendez-vous.

 

Le Syndicat Intercommunal de musique et de danse du SUET

Marie-Noëlle BROSSAULT
Conseillère municipale délégué à la Culture
Vice-présidente du SUET


Le Syndicat a été crée en 2004 et regroupe cinq communes : Chantepie, Vern-sur-seiche, Nouvoitou, Saint-Armel et Corps-Nuds.
Le Président du Suet est Jacky Daviau et le Directeur de l’école de musique et de danse est Christian Bothé.
Un fait marquant en 2009-2010 est le classement de l’école intercommunale de musique et de danse du Suet par le Ministère de la Culture et Communication en Conservatoire à Rayonnement Intercommunal.
Ceci grâce à l’intégration du Volume à Vern-sur-Seiche et au projet de réhabilitation du Manoir des Petites Vendanges à Chantepie. Cet agrément répond à la demande du Conseil Général dans le cadre de la convention d’objectifs identifiant le Suet comme École de Pays.
Quelques chiffres :
Près de 800 élèves fréquentent l’école : 250 à Chantepie, 35 à Corps-Nuds, 43 à Nouvoitou, 39 à St Armel, 356 à Vern-sur- Seiche et 75 de communes autres.
400 élèves assistent aux cours d’éveil musical, 65 pratiquent les instruments à vents, 220 des instruments à cordes, 80 des instruments polyphoniques à claviers, près de 250 font partie d’orchestres et ensembles vocaux et instrumentaux. Le budget est réparti entre les communes, les familles et le département.
Les enseignants du Suet interviennent également en milieu scolaire pour le dispositif
« Musique à l’école » défini par l’Inspection d’Académie et le Département. À ce jour, près de 4 200 enfants ont été concernés par ce dispositif.
D’autres partenariats sur le territoire Rennes Est destinés à renforcer l’intervention en direction d’enfants et adolescents les plus éloignés des pratiques artistiques et non inscrits à l’école de musique ont été mis en place auprès de haltes-garderies, crèches, ALSH, bibliothèques et médiathèques, de CDAS, de réseaux d’assistantes maternelles, etc. Toutes ces interventions sont prises en charge, en partie, par le département.
L’école participe à de nombreuses manifestations, comme les concerts de Noël, le Printemps du Suet, la Semaine de la Jeunesse, des rencontres musicales avec d’autres communes, des spectacles de danse, les fêtes de la musique.
L’école propose des actions pédagogiques, comme des parcours « découvertes d’instruments », des sessions de spécialisation, des conférences et la réalisation de projets.
C’est une école ouverte sur toutes les musiques, qu’elles soient actuelles, Jazz, blues, traditionnelles, cubaines, baroques.

 

Rennes Métropole, Communauté d’agglomération

Yvonnick DAVID
Premier Adjoint
Conseiller communautaire


Chantepie est l’une des 37 communes de Rennes Métropole. Mais que représente Rennes Métropole pour tout un chacun, au-delà de ses compétences sur les transports urbains avec le réseau STAR et sur la collecte et le traitement des ordures ménagères?
Rennes Métropole est un EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunal) doté d’un budget qui voisine les 450 M€. Comme l’indique bien son nom, c’est une structure où doit s’exercer la coopération entre les communes adhérentes.
En premier lieu, cette coopération prend la forme d’une solidarité intercommunale par la péréquation fiscale de taxes levées à son niveau (dont la taxe professionnelle qui disparaît au profit de la CET et d’une réaffectation de taxes des ménages précédemment perçues au niveau départemental et régional ; TH et TFB).
Cette coopération se traduit aussi par la mutualisation de compétences, mutualisation unanimement reconnue et appréciée pour les transports (120 M€) et les ordures ménagères (44 M€). Par contre, une enquête récente sur la perception des services rendus par Rennes Métropole montre que cette coopération est plus difficile à appréhender lorsqu’il s’agit de l’aménagement urbain (32 M€), du logement avec le PLH (45 M€), des interventions économiques et culturelles (25 M€), ou du service d’incendie (19 M€ pour le SDIS).
Même si les délibérations soumises à vos représentants (dont Monsieur le Maire et moi-même pour Chantepie) sont très largement adoptées à l’unanimité, des débats animent régulièrement l’hémicycle sur les orientations majeures de ces différentes politiques.
La localisation du futur centre des congrès, la stratégie d’extension du métro (ligne b), l’attribution de certaines subventions dont l’intérêt général est parfois questionnable (revue Place publique, extension de l’atelier de réparation des TER…), le devenir des zones d’activités sous compétences communales (dont la Z.I. du Sud-est), ou le futur réaménagement du quartier de la gare (pôle multimodale Euro-Rennes) sont des sujets importants sur lesquels vos élus interpellent ou suggèrent afin de nourrir le débat.
Avec la réforme des collectivités qui se dessine, l’extension des compétences de Rennes Métropole et de son périmètre géographique vont ouvrir un débat de fond sur le juste équilibre entre la gestion de proximité que nous pratiquons dans nos communes et la mutualisation des politiques locales par l’EPCI. Des débats contradictoires se sont déjà tenus sur la gouvernance de Rennes Métropole et son évolution, gouvernance qui reste largement influencée par la ville centre, le Président de la communauté d’agglomération étant aussi le premier magistrat de la ville centre.
Vos représentants Cantepiens seront attentifs à ces évolutions afin que toutes les communes de l’agglomération (dans son périmètre actuel et futur) puissent garder la « voie au chapitre » et être reconnues sans discrimination de poids économique, de taille ou de proximité géographique de la ville centre.