Jeunesse

retour

La Petite enfance

Publié le 01/03/2011

Les besoins et les attentes des familles en matière d’accueil des petits enfants sont importants. Peu après la naissance, souvent même avant celle-ci, la question de la garde de l’enfant va se poser aux jeunes parents.

Aujourd’hui 80 % des femmes exercent une activité professionnelle. Or l’obstacle majeur au maintien d’une activité, après le premier enfant, est bien souvent de trouver un mode de garde.

Certes à Chantepie, une offre de garde diversifiée existe, mais la ville se développe, et nous avons à cœur de nous adapter aux besoins et aux nouveaux modes de vie des Cantepiens plus nombreux, en poursuivant une politique petite enfance volontariste et dynamique.

L’accueil des jeunes enfants sur notre commune s’organise autour de divers modes de garde.

Une centaine d’assistantes maternelles agrées exerce sur notre commune. 72 assistantes sont regroupées dans deux associations, les Bouts’chou et Aceram. Une halte-garderie parentale, Ribambelle, accueille 16 enfants pour des gardes occasionnelles. Cette structure associative est soutenue par la municipalité au travers de subventions et de mise à disposition de locaux.
Il est important de garder un équilibre entre ces différentes alternatives qui doivent être complémentaires. Afin de créer des places de garde supplémentaires, l’équipe municipale a fait le choix de la création d’un Pôle Petite enfance. Cette structure ouvrira au cours du premier semestre 2012. La halte-garderie Ribambelle intégrera ce multi accueil dès son ouverture ainsi que le personnel actuellement en place. Nos modes de garde sur Chantepie sont actuellement de bonne qualité, mais parfois insuffisants, pas toujours bien adaptés aux besoins des salariés. Seul un mode de garde collectif va pouvoir alors répondre aux demandes spécifiques, et pour l’enfant, lui apporter la protection, l’éveil, la socialisation dont il a besoin.

Martine LEBRUN, Adjointe à la Jeunesse, Personnes âgées, Handicap.

 

Le Pôle Petite enfance, projet très attendu des Cantepiens

Le Conseil municipal de juillet 2008 décidait la localisation du Pôle Petite Enfance sur le site St Melaine.Cette implantation répond à un objectif de centralité à donner à cet équipement dans un lieu identifiable et situé sur un axe majeur de déplacement des Cantepiens.
Cet espace sera constitué d'un multi-accueil de 42 places pour les moins de 6 ans, d’un espace de réunions et de rencontres pour les assistantes maternelles, ainsi que d'une ludothèque et d’un lieu de consultation Protection Maternelle et Infantile (PMI). Il inclut une capacité d'extension à l’étage de l'ordre de 500 m², un parking semi enterré d’une douzaine de places, ainsi qu'une cuisine de réchauffage. Cet espace de garde sera un espace de garde régulière et occasionnelle.
Les places seront dédiées en priorité aux Cantepiens. Quelques places seront commercialisées auprès d’entreprises Cantepiennes pour leurs salariés. Les plans du bâtiment ont été préalablement soumis aux futurs utilisateurs (représentants de l’association Ribambelle et des associations des assistantes maternelles) ainsi qu’aux professionnels du Conseil général 35 (au titre des locaux destinés à la PMI et pour le futur agrément de la structure) et de la DDASS pour l’aspect sanitaire et l’hygiène. Notre équipe d’aménagement et notre urbaniste ont été également associés au titre de l’insertion urbaine du projet.
Le Conseil Local à l'Energie  (Clé) a lui aussi été consulté sur l’aspect développement durable et économie de l’énergie. La prise en compte du développement durable et des économies d’énergie se traduit à plusieurs niveaux du projet :

  • inertie du bâtiment (niveau de performance BBC 2005 atteint),
  • isolation par l’extérieur,
  • plancher chauffant (dans une partie des locaux) plafonné à 14°,
  • ventilation double flux,
  • récupérateurs de calories,
  • chauffe eau solaire,
  • gestion de l’éclairage par détecteurs,
  • zones de régulation du chauffage,
  • des tests d’étanchéité et un bilan thermique sont prévus à la findes travaux.

Une consultation a été engagée pour la désignation de l’architecte. Le cabinet Vignault et Faure de Nantes a été retenu. Celui-ci a déjà à son actif de nombreuses réalisations de structures similaires, intégrant la dimension développement durable.
Au vu du calendrier, ce projet devrait voir le jour dans le premier semestre 2012. La durée des travaux est estimée à 14 mois.
En parallèle des études ont été faites pour la gestion de cette structure.
Après la visite et l’analyse des fonctionnements de structures identiques à celle prévue à Chantepie et après consultation du Comité Technique Paritaire, structure où siègent les représentants du personnel, il nous est apparu plus judicieux de déléguer la gestion du Pôle Petite Enfance à un prestataire spécialisé et expérimenté. Le service aux familles et la qualité d’accueil des enfants ont guidé ce choix.
En septembre 2009, le Conseil municipal a donc opté pour le principe d’une délégation de service public sous forme de contrat d'affermage, pour une durée se limitant à 3 ans, éventuellement renouvelable une fois après bilan d'étape.
Cette solution permettra de prendre du recul, ce qui n’empêchera pas la Commune de se réapproprier la gestion directe dans le futur.

Pour le choix de ce délégataire les critères de sélection étaient les suivants :

  • les moyens matériels et humains affectés au service,
  • les qualités du projet pédagogique de l'établissement,
  • l'organisation mise en place pour l'exploitation (notamment les moyens mis en œuvre pour la commercialisation des places aux entreprises),
  • les conditions financières proposées,
  • l'organisation mise en place pour les autres fonctions (ludothèque, relais des assistantes maternelles).

Il nous reste à finaliser le règlement de fonctionnement (conditions d’inscriptions et tarifs) avec le délégataire et créer la commission d’admission.

 

L’espace jeux “ Polichinelle ”

L’espace jeux Polichinelle est situé à l’Atrium (salle Prévert)
Cet espace est géré par l’association les Bouts’Chou. Tous les mardis matins une séance est animée par un éducateur et est ouverte sur inscription à toutes les assistantes maternelles agréées de Chantepie et aux parents. Une participation financière est accordée par la commune pour la rémunération de l’intervenant.
Le jeudi matin, l’espace jeux est ouvert aux assistantes maternelles agréées de Chantepie. Cette matinée est sans animateur et l’organisation est assurée par un groupe de 5 assistantes maternelles. Depuis le mois dernier, l’ouverture se fait également le vendredi matin. Cette séance supplémentaire a été ouverte pour répondre à la demande très importante de ce type d’animation. Afin de respecter une sécurité optimale, une inscription est demandée à chaque participant dans un groupe. Cette matinée se déroule de la manière suivante : un goûter, l’activité, avec une pause chants qui permet aux enfants de terminer en douceur. Ces matinées sont fréquentées par 35 assistantes maternelles ainsi que quelques parents le mardi (ce qui représente environ 100 enfants). Chaque assistante maternelle a la possibilité d’y aller une fois par semaine.

 

Entretien avec Angélique Dussaut, jeune assistante maternelle

Josy Lavillonnière : Comment êtes vous devenue assistante maternelle et depuis quand exercez-vous ?
Angélique Dussaut : « J’ai passé mon CAP Petite Enfance en juin 2009 dans le but d’être assistante maternelle. J’ai fait des stages en école, en crèche, en centre de loisirs. J’ai eu mon agrément dans la foulée et j’ai commencé à garder les enfants. Je suis arrivée à Chantepie il y a deux ans et je suis assistante maternelle depuis un an et demi environ. J’ai 28 ans. J’ai un agrément pour garder deux enfants. Je m’occupe de Baptiste (16 mois) et Inès (7 mois) ».
J.L. : Selon vous, quelles qualités sont nécessaires pour être une bonne assistante maternelle ?
A.D. : « Il faut avoir l’amour des enfants, la patience, être dynamique, avoir la pêche pour faire des activités avec eux (jeux, promenade), être souriant aussi ».
J.L. : Que pensez-vous des rapports à avoir avec les parents ?
A.D. : « Pour que la relation avec les parents se passe bien il faut rester à sa place d’assistante maternelle, ce qui n’est pas évident. On est une tata. Il faut pouvoir échanger avec les parents, surtout que l’assistante maternelle contribue à l’éveil de l’enfant qu’on voit évoluer au quotidien. S’il y a des tensions l’enfant le ressentira et tout le monde n’ira pas bien ».
J.L. : Vous faites partie de l’association les Bouts’chou. Est-ce important pour vous ?
A.D. : « Cela a été très important pour moi administrativement, surtout pour démarrer, car c’est très compliqué quand on débute. Il faut établir les contrats, calculer les congés, etc. C’est aussi une référence pour les parents qui peuvent y trouver de l’aide pour établir les bulletins de salaire. A côté de cela, l’association permet aux enfants de découvrir d’autres enfants, de participer à différentes activités qu’on ne peut pas faire chez soi (arbre de Noël, marionnettes, etc.). Les enfants sont très contents et eux comme moi, nous avons autant de plaisir à nous y rendre les jeudis. Faire partie de l’association apporte beaucoup ».
J.L. : Que pensez-vous de la création du futur Pôle Petite Enfance ?
A.D. : « Ce n’est pas la même offre d’accueil qu’une assistante maternelle. C’est bien pour les parents car ils auront le choix ».

 

Entretien avec Brigitte Jehan, assistante maternelle, responsable de Chantepie pour l’Aceram

Josy Lavillonnière : Depuis quand exercez vous ?
Brigitte Jehan : « Cela fait 10 ans que je suis assistante maternelle. J’ai un agrément pour quatre enfants et j’en garde trois. Je suis maman de trois grands enfants âgés de 18, 22 et 25 ans. J’aime beaucoup m’occuper des jeunes enfants. Les miens devenus grands, j’ai pris le relais avec d’autres petits : ils arrivent bébés et ils repartent souvent au moment de rentrer à l’école. C’est très agréable de les voir progresser, grandir, parler… ».
J.L. : Vous faites partie de l’association des assistantes maternelles Aceram. Pouvez-vous nous la présenter ?
B.J. : « L’Association de la Couronne Est de Rennes des Assistantes Maternelles (Aceram) regroupe 8 communes (Acigné, Brécé, Cesson, Chantepie, La Bouexière, Noyal-sur- Vilaine, Servon-sur-Vilaine, Thorigné-Fouillard,). L’association existe depuis plus de 30 ans, elle compte 200 membres. 12 assistantes maternelles de Chantepie en font partie. Elle est constituée d’un bureau dont la présidente est Mme Rostoll Sinikka depuis plus de 20 ans. Il y a aussi des responsables par commune ce que je suis pour la commune de Chantepie. Mon rôle consiste à faire le lien avec toutes les adhérentes : je leur transmets les contrats, je leur propose de la formation continue (1 journée et 2 soirées par an), par exemple ».
J.L. : Qu’est-ce que l’association vous apporte ?
B.J. : « Faire partie de l’association est un plus car déjà cela rompt l’isolement. Ensuite, c’est un outil pour avoir accès à diverses informations, notamment sur la convention collective, l’aide à la finalisation des contrats et les formations. L’association permet aussi d’avoir une couverture responsabilité civile professionnelle à un coût moins élevé qu’individuellement. Elle nous aide aussi pour l’achat d’un gros matériel, comme une poussette. Grâce aux subventions du Conseil général, on a pu développer un partenariat avec l’école de musique du Suet pour proposer l’éveil musical aux enfants. Il est plus facile de réaliser certaines choses quand on est une structure ou une association que seule. Grâce notamment aux subventions communales, nous organisons des activités ludiques avec les enfants et les adhérentes, le but étant que les assistantes maternelles ne se sentent pas isolées. Nous proposons aussi le spectacle de Noël tous les ans.
Le point rencontres (espace jeux) était géré auparavant par l’Aceram. Elle a passé le relais mais les enfants sont toujours heureux de s’y rendre
».
J.L. : Que pensez-vous de la création du futur Pôle Petite Enfance ?
B.J. : « C’est une bonne chose. C’est indispensable pour les parents qui ne trouvent pas de garde. C’est bien d’avoir une autre structure, un autre mode de garde pour répondre à la demande des parents ».

 

Entretien avec Marika Delaury, présidente de l’association Ribambelle

Josy Lavillonnière : Que pouvez-vous nous dire de l’association Ribambelle ?
Marika Delaury : « L’association Ribambelle gère la halte-garderie parentale et la ludothèque. Depuis février 2010, je suis la présidente, j’étais déjà adhérente ayant un garçon de 4 ans qui fréquente la haltegarderie depuis l’âge de dix mois ; je faisais déjà partie du bureau.
Une centaine de familles sont actuellement inscrites à Ribambelle. Nous accueillons les enfants à partir de 3 mois jusqu’à 6 ans, 16 enfants maximum par demi-journée (12 s’il y a des bébés). Les parents peuvent s’inscrire à l’avance pour deux demi-journées par semaine ou le jour même. Les parents adhérents doivent tenir une permanence une fois par mois, permanence au cours de laquelle ils vont s’occuper des enfants, aider les éducatrices pour le goûter, les activités, etc.
».
J.L. : Comment se fait l’accueil des enfants ?
M.D. : « Les enfants sont pris en charge par deux éducatrices de jeunes enfants (dont une responsable technique de la structure) et une aide éducatrice. Nous accueillons aussi régulièrement des stagiaires (une à deux par mois pour des stages d’une durée d’environ deux mois). La halte-garderie est ouverte tous les jours : le lundi de 9h-12h ; le mardi de 9h-18h (en journée continue avec repas) ; le mercredi de 9h-12h et de 14h- 18h ; le jeudi de 9h-12h et de 13h30-18h ; le vendredi de 9h-12h et de 13h30- 17h30. Les parents ont l’obligation de venir chercher leur enfant un quart d’heure avant la fermeture ».
J.L. : Comment l’année s’est-elle déroulée ?
M.D. : « Le bureau de Ribambelle n’a pas eu le temps de s’ennuyer au cours de l’année écoulée. Nous avons eu beaucoup de réunions et d’échanges avec les travaux de rénovation de la mairie qui ont entraîné un relogement temporaire dû aux nuisances sonores puis le réaménagement. Mais je suis partante pour renouveler mon mandat pour 2011 ».
J.L. : Que pensez-vous de la création du futur Pôle Petite Enfance ?
M.D. : « C’est bien qu’il y ait une structure beaucoup plus adaptée à une ville comme Chantepie pour répondre à toutes ces nouvelles familles qui ont des besoins en matière de garde. Ribambelle est un mode de garde limité qui ne répond pas aux attentes de beaucoup de foyers Cantepiens, notamment aux parents qui travaillent à temps plein ».

La ludothèque accueille les enfants de tous âges. Les familles peuvent venir jouer sur place et les adhérents (cotisation annuelle de 11 €) peuvent emprunter des jeux (jeux de société, de construction, d’éveil, …).
La ludothèque est située à l’Atrium et est ouverte le mercredi de 10h-12h et de 15h30-18h, le vendredi de 17h-18h30.

 

Les Établissements Publics d'Hallouvry EPH 35

Un peu d’histoire

En octobre 1969 est ouvert le Domaine Départemental d’Hallouvry à Chantepie. À l’époque, c’est un seul établissement qui regroupe un Centre de l'Enfance pour 180 enfants de 3 jours à 21 ans et un Institut Médico-Educatif pour 140 enfants de 6 à 14 ans. Les « Gamins d'Hallouvry » étaient bien connus dans ce qui était alors le « bourg » de Chantepie…
L’évolution de la réglementation en matière d’action sociale conduit à la séparation de l'établissement en deux entités en 1981.
Parallèlement, les deux institutions poursuivent une politique de diversification et de développement de leur offre d’accompagnement.

Aujourd’hui, les sièges des deux établissements sont toujours situés sur le site historique rue d’Hallouvry, avec :

  • d'un côté, le Centre Départemental de l'Enfance (CDE) Henri Fréville, qui accueille et accompagne des enfants de 3 jours à 18 ans au titre de la protection de l’enfance et est financé par le Conseil Général
  • de l'autre, l’Établissement d’Éducation, de Formation et de Soins (EDEFS 35), qui accueille des enfants en situation de Handicap de 6 à 20 ans, et est financé par l'Assurance Maladie.

Du fait de leur proximité géographique mais aussi de leur communauté de statut (les deux relèvent de la Fonction Publique Hospitalière), ces deux établissements publics départementaux ont entrepris en 2010 une politique de rapprochement pour valoriser leurs savoir-faire respectifs, optimiser leurs moyens et mutualiser leurs organisations.
Tout en gardant leurs spécificités et identités propres, depuis le 1er janvier 2011, le Centre de l'Enfance Henri Fréville et l'EDEFS 35 se sont ainsi rassemblés dans le cadre d’une convention de direction commune sous la dénomination « Établissements Publics d'Hallouvry » (EPH 35).

Zoom sur chacun des établissements

Le Centre de l’Enfance Henri Fréville participe aux missions du département en matière de protection de l’enfance dans le cadre du service de l’Aide Sociale à l’Enfance. Il propose une offre de service diversifiée sur l’ensemble du département à partir de ses sites de Chantepie, Rennes et Saint-Malo :

  • 133 places d’accueil et d’accompagnement pour des enfants de 3 jours à 18 ans en internat (pouponnière, jardin d’enfants, groupes verticaux, dispositif ados), placement familial (soit une quinzaine de familles d’accueil), dispositif alternatif (suivi individualisé intensif à partir du domicile familial avec possibilité d’accueil dans l’établissement) ;
  • 72 places d’aide éducative à domicile sur le nord du département permettant le soutien à la parentalité ;
  • 50 situations familiales suivies dans le cadre de l’Espace Rencontre Enfants Parents à la demande notamment des juges aux affaires familiales ;
  • 4 séjours dits de transition organisés par an dans le sud Maroc pour des adolescents en risque de rupture.

L’établissement assure également la continuité du service de l’Aide Sociale à l’Enfance pendant sa fermeture.
Particularité du CDE : une ouverture permanente permettant l’accueil immédiat au titre de l’urgence. Nos services accompagnent plus de 450 enfants et situations familiales par an dans le département, de quelques jours à plusieurs mois, au titre de la prévention et de la protection. Les mots clés de notre mission : accueillir, apaiser, accompagner, proposer, individualiser. Près de 180 personnes travaillent au CDE. Son budget est de 8,5 millions d’euros.

L'Établissement Départemental d'Éducation de Formation et de Soins d'Ille et Vilaine (EDEFS 35) est composé de deux sections :

L'Institut Médico Éducatif (IME) s'adresse aux enfants et jeunes en situation de handicap au titre d'une déficience intellectuelle avec ou sans troubles associés. Il est organisé en trois services :

  • la Section d'Éducation et d'Enseignement Spécialisés (SEES) prend en charge des enfants de 6 à 14 ans (38 à Chantepie, 33 à Antrain). Notre intervention se veut pluri-professionnelle (éducateurs, rééducateurs, enseignants, assistants sociaux et thérapeutes). Nous développons un partenariat actif avec l'école primaire des Landes où nous avons installé une classe intégrée.
  • le Service d'Initiation et de Première Formation Professionnelle (SIPFPro) pour des adolescents et jeunes adultes de 14 à 20 ans. 70 jeunes pris en charge et accompagnés autour d'un projet d'insertion. L'équipe pluri-professionnelle est complétée avec des éducateurs techniques spécialisés qui encadrent des ateliers d'initiations professionnelles.
  • le Service d'Éducation Spéciale et de Soins à Domicile (SESSAD) accompagne 46 enfants et jeunes (26 à Chantepie, 20 à Antrain). Au moyen d'un accompagnement régulier, l'objectif est de permettre à l'enfant d'être maintenu à temps plein en scolarité en milieu ordinaire.

L'Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique (ITEP) accueille 64 enfants et adolescents de 6 à 16 ans, qui présentent des difficultés psychologiques dont l'expression perturbe gravement la socialisation et l'accès aux apprentissages.
Les enfants sont accueillis sur 5 cycles correspondant à des tranches d'âges spécifiques. Chaque cycle comprend un groupe de vie sociale, un atelier d'éveil et une ou deux classes. Les équipes y sont également pluridisciplinaires (éducateurs, thérapeutes, enseignants).
Le plateau technique est complété par un Service d'Interventions Thérapeutiques, Éducatives et Pédagogiques de Proximité (SITEPP) équivalent du SESSAD. C'est un accompagnement qui doit permettre aux enfants et jeunes leur maintien ou leur retour dans les dispositifs ordinaires de scolarité et de formation.

Une Unité d'Enseignant composée de 16 enseignants et d'un directeur pédagogique, mis à disposition par l'Éducation Nationale assure, à Chantepie et à Antrain, la scolarité des enfants des IME et de l'ITEP.
L'EDEFS 35 suit environ 290 jeunes. Son budget est de 8 millions d'euros. Il emploie 160 salariés.

Chaque établissement est géré par un Conseil d'Administration. La ville de Chantepie y est représentée par Mme Martine Lebrun.

  • Président du Conseil d'Administration du CDE : Christophe Martins, Conseiller général

  • Président du Conseil d'Administration de l'EDEFS : Philippe Bonnin, Vice-président du Conseil général

  • Directeur général : M. Jean-Pierre Rault

  • Directrice du CDE : Hélène Cario-Le Gouadec

  • Directrice de l'EDEFS : Delphine Leport

 

Entretien avec Hélène Cario-Le Gouadec, Directrice du Centre Départemental de l’Enfance

Josy Lavillonnière : Quelles missions caractérisent le CDE et l’EDEFS 35 ?
Hélène Cario-Le Gouadec : « Le CDE a pour mission historique l’accueil au titre de la protection de l’enfance. Quand un danger est avéré, la maltraitance par exemple, quand on est en présence d’un risque qui peut compromettre l’épanouissement de l’enfant, il va être accueilli (souvent en urgence, l’établissement est ouvert non stop) pour évaluer ce qui fait qu’on est arrivé à cette situation. Notre établissement constituera un lieu de vie transitoire pour l’enfant. Notre action s’inscrit dans une mission d’évaluation de la situation et d’élaboration d’un projet d’accompagnement à plus long terme : retour en famille avec un soutien ou non, orientation vers un établissement éducatif ou une famille d’accueil Ce qui explique notre durée moyenne d’accompagnement relativement courte : 4 à 5 mois puisque le projet que nous définissons sera mis en œuvre par d’autres partenaires. L’EDEFS assure une mission d’accompagnement d’enfants et de jeunes en situation du handicap. Cet accompagnement est diversifié : soit une prise en charge médicosociale et scolaire complète, soit dans des formes adaptées et séquencées, soit enfin par des accompagnements à domicile. L’objectif vise à l’insertion scolaire et professionnelle des jeunes accueillis ».
J.L. : Qu’est-ce qui a motivé le rapprochement des deux établissements au cours de l’année 2010 ?
H.C. : « Le contexte législatif national encourage ces types d’initiatives, notamment avec la création des Agences Régionales de Santé (ARS). De plus, la communauté des statuts (Fonction Publique Hospitalière) et la proximité géographique des établissements Cantepiens ont motivé ce rapprochement. Il y a aussi la volonté des directions de rendre certains dossiers ou certaines fonctions administratives plus efficaces ».
J.L. : À quel niveau ce rapprochement s’opère t-il ?
H.C. : « Ce rapprochement ne se fait pas au niveau des missions mais plutôt au niveau des moyens, des supports. On va pouvoir valoriser nos savoir-faire respectifs, optimiser nos moyens et mutualiser nos organisations. Quand on atteint la zone de fragilité sur certains dossiers au point de vue réglementaire et technique, il est plus intéressant d’être à deux plutôt que seul. Cela va aussi ouvrir des perspectives en termes de dynamisme professionnel, offrir une palette plus grande de mobilité professionnelle. On va pouvoir avoir des actions de formation professionnelle ensemble car les deux entités ont des préoccupations communes ».
J.L. : Comment cela se concrétise t-il ?
H.C. : « Depuis 2011 nous avons entrepris cette optimisation et mutualisation à différents niveaux. Au niveau administratif, le volet Ressources Humaines est opérationnel depuis début 2011. En ce qui concerne la logistique on va procéder au groupement de certains achats par exemple. On réfléchit également actuellement au rapprochement de nos deux cuisines centrales pour consolider nos équipes et notre organisation. Nous continuerons cette action dans d’autres domaines chaque fois que nécessaire ".