Social

retour

La politique sociale à Chantepie

Publié le 01/06/2013

Les missions sociales de la commune sont attribuées au Centre Communal d’Action Sociale (C.C.A.S.), établissement public administratif, administré par un Conseil d’Administration présidé par le maire de la commune et un nombre égal d’élus du Conseil municipal et de représentants de la société civile.
Les liens avec la commune sont étroits mais le C.C.A.S. a une personnalité juridique distincte, c'est-à-dire un budget, des biens et un personnel propres.

 

Ariana RIZZOTTI, Assistante Sociale, est Responsable du service d’action sociale. Elle est épaulée de Patricia LE GALL et Sylvaine COTTEREAU pour l’accueil et le secrétariat. Michèle VINCENDEAU assure l’entretien de la résidence La Rotonde et le service des repas.

Josy LAVILLONNIERE : Quelles sont les principales missions du C.C.A.S. ?
Arianna RIZZOTTI : On peut distinguer trois missions principales. L’aide aux familles : nous faisons l’accueil physique des familles qui peuvent prétendre à différentes aides telles que la gratuité du bus, l’accès à la carte Sortir !, la prise en charge de certaines dépenses comme la cantine ou l’aide scolaire. Le logement social : nous enregistrons les demandes et la majorité des attributions sur la commune. Les sollicitations sont nombreuses, Chantepie est la commune la plus demandée dans la métropole rennaise. La gestion d’un immeuble locatif : le C.C.A.S. est gestionnaire et syndic de la résidence La Rotonde qui accueille des personnes âgées autonomes à bas revenus.

J. L. : Le contexte économique actuel est difficile. Comment agir ?
A. R. : La crise nationale se fait ressentir dans les services sociaux et à Chantepie aussi. La population augmente, les demandes d’aide aussi. Ce n’est pas toujours facile, certaines situations sont difficiles à entendre. Il est appréciable que les gens puissent trouver un lieu d’écoute, de proximité. Nous sommes là pour les orienter vers les différents organismes d’aides et leur permettre d’ouvrir un accès à leurs droits (dossiers d’aide sociale, R.S.A., C.M.U., ….).
Nous avons aussi une mission de veille sociale : il s’agit de repérer des difficultés communes sur un type de population ou sur une situation globale, pour ajuster des dispositifs avec les différents partenaires avec lesquels nous travaillons. Ce sont les assistantes sociales du C.D.A.S., la Mission Locale, le Point Accueil Emploi, le Clic Alli’ âges, les bailleurs sociaux, Rennes Métropole, la Maison Départementale des Personnes Handicapées, les services sociaux (Caf, Carsat, Centre Médico-Psychologique) notamment. Cela implique de la concertation dans les actions pour aider les personnes en difficultés.

J. L. : La population âgée Cantepienne est importante. Quelles actions ont été développées en leur faveur pour les sortir de l’isolement ?
A. R. : Différentes initiatives en direction des personnes âgées ont été mises en place par le C.C.A.S. : la galette des Rois est partagé tous les ans avec les résidents de la Rotonde ; un repas est servi à La Rotonde le lundi et jeudi midi de chaque semaine ; il est ouvert à toute la population de plus de 60 ans, sur inscription au C.C.A.S. (coût de 6,80 €) ; le repas de fin d’année réunit sur deux jours les plus de 70 ans, sur invitation ; le voyage des anciens est reconduit chaque année pour les personnes de 60 ans et plus, prioritairement non imposables. Le prochain voyage a pour destination la Gironde, du 29 septembre au 6 octobre prochain.
Les agents du C.C.A.S. ont la vocation à être un service le plus proche des gens qui doivent se sentir libres de frapper à la porte en cas de difficultés.

 

La politique tarifaire 

/

La tarification des services municipaux relève du choix du Conseil municipal, il peut décider d’impacter tout ou une partie du coût du service aux familles. Dans tous les cas, le budget principal prend à sa charge une part de ce coût afin de limiter l’impact sur les familles.
Après étude de l’existant, la municipalité a décidé de renforcer l’aide aux familles Cantepiennes par la mise en place d’une nouvelle politique tarifaire applicable depuis le 1er septembre 2010.  Elle s’est traduite par la mise en œuvre d’un nouveau système de calcul des aides accordées aux familles dont les enfants fréquentent les services scolaires, périscolaires, ou encore des activités associatives.
L’autre avantage de cette nouvelle approche consiste pour les familles à en bénéficier automatiquement, sans qu’elles n'aient à en faire la demande en Mairie. En effet, en contrepartie de l’engagement de la commune à systématiser l'aide auprès de l'ensemble de ses ressortissants de la CAF, celle-ci autorise la commune, sous une forme sécurisée, à avoir accès à sa base de données du Quotient Familial ou revenus déclarés des familles. Le montant de l’aide auquel la famille peut avoir droit est ainsi calculé par le Centre Communal d’Action Sociale - CCAS - (soumis à la confidentialité) sur la base du Quotient Familial fourni par la CAF35. Enfin, pour plus de lisibilité, les pourcentages d'aides varient dans une fourchette de 5 à 77 % dans la limite de 8 tranches d’aides.
Aider les familles les plus fragiles qui se retrouvent dans la tranche d’aide maximum reste l’objectif principal de la Commune et du C.C.A.S.

 

Réhabilitation énergétique de Habitat 35

/

HABITAT 35 a engagé en Janvier dernier la réhabilitation énergétique de 38 logements situés 2-6 rue du Petit Pré et 3 avenue des Deux Ruisseaux, résultat d’une réflexion démarrée très en amont. Ces travaux devraient durer environ 15 mois.
Mis en service en 1982, ces bâtiments qui se caractérisent par une architecture de hautes toitures et une volumétrie complexe présentent des faiblesses thermiques.

Fin 2010, une réflexion concertée avec les habitants et les élus de la ville a été engagée pour définir les axes d’amélioration :

  • Améliorer les performances thermiques et réduire les charges locatives.
  • Répondre à un enjeu d’image et d’attractivité.
  • Garantir la pérennité des bâtiments et améliorer le confort d’usage des logements.

L’équipe de maîtrise d’œuvre (Atelier d’architecture Le Garzic et POLENN ingénierie) a élaboré et chiffré plusieurs simulations d’améliorations. Après avoir comparé et « pesé » chaque scénario (performance thermique, niveau de charges, amélioration du confort, coût d’investissement, financement…) le programme définitif a été arrêté.
Chaque étape du projet a été validée en concertation avec les élus, les locataires et leurs associations. Les habitants ont pu également visualiser et apprécier le programme en visitant un logement témoin réalisé avant le démarrage des travaux.
Après les travaux, la performance énergétique des bâtiments atteindra les cibles de réhabilitation BBC (évolution de D ver B < 88 kwh), et des réelles économies de charges sont attendues.
Ce programme, ambitieux, d’un montant de 2 192 000 € TTC, soit 57 700 € par logement va donner une seconde vie aux bâtiments et améliorer le confort, en particulier thermique. Ces travaux, financés majoritairement par HABITAT 35, ont pu bénéficier d’une participation financière de Rennes Métropole (11,5 %).

L’objectif du programme est de décliner performance énergétique avec économies de charges, amélioration de l’attractivité, du confort et du service aux habitants.

Il s’agit de :

  • Renforcer l’isolation thermique des bâtiments sur toutes les façades, par l’habillage de panneaux bois et isolants enduits, des terrasses situées au dessus des logements en rez-de-chaussée, des parois entre les logements et les locaux communs non chauffés...
  • Améliorer le confort des logements et réduire les charges avec la mise en mise d’une Ventilation Mécanique Contrôlée hygroréglable, le remplacement des équipements sanitaires, divers travaux de remises aux normes et d’adaptation de certains logements situés en rez-de-chaussée afin de faciliter l’accessibilité aux logements pour les personnes âgées ou à mobilité réduite.
  • Donner une image différente au site par la recomposition des façades et créations de balcons supplémentaires, l’apport de touches de couleurs pour amener une image plus contemporaine.

De son côté, la Municipalité envisage après les travaux, de réaménager les espaces extérieurs et améliorer l’articulation espace privé / espace public.

Suivi des consommations et maîtrise des charges
HABITAT 35 a décidé, au travers du projet « Maîtrise des charges », de mettre en place sur les opérations de réhabilitation un suivi des consommations énergétiques pendant deux ans, afin de vérifier l’efficacité réelle des travaux réalisés auprès des ménages.
HABITAT 35 a confié à l’Agence Locale de l’Energie et du Climat du Pays de Rennes une mission d’accompagnement, de mise en œuvre et de conseils auprès de familles volontaires.
Une soirée conviviale sur le thème « Comportement éco citoyen - pratiques, gestes et petits équipements pour pérenniser les économies d’énergie et réduire sa facture » sera organisée avant l’été avec les résidents.

 

Les subventions aux associations à caractère social

/

Comme tous les ans des subventions sont attribuées aux associations du type solidarité. Cette année 2013, la ligne dédiée aux associations de type solidarité s’élève à 11 338 €, répartis entre des associations diverses communales ou intercommunales.
Nous aidons tous les ans les associations venant en aide aux personnes en difficultés ainsi que des associations œuvrant auprès des personnes âgées.
Nous tenons à soutenir les bénévoles s’impliquant auprès de personnes accueillis au C.R.G., personnes souvent dans la grande solitude, qui attendent, les bénévoles pour leur apporter un rayon de soleil.
Chantepie solidarité Nord Sud a reçu une subvention de fonctionnement ainsi qu’une subvention exceptionnelle afin de les aider dans un projet spécifique aux Burkina Faso.
Une somme a été également versée à l’Amicale des Donneurs de Sang.
Du fait de notre proximité de Rennes, nous soutenons également des associations extérieures à Chantepie. Certaines associations rennaises viennent en aide à des bénéficiaires de notre commune, comme Les Restos du cœur, Le Centre d’Information des Femmes, Rêves de clown (pour les enfants hospitalisés) et bien d’autres.
Une somme a été réservée aux communes sinistrées ou solidarité urgence. Cette ligne permet, en cas de besoin, d’aider des villes touchées par des catastrophes (tremblement de terre, inondation).

En ce qui concerne les associations intercommunales :

  • Le Clic Alli'âges nous sollicite tous les ans pour une subvention de fonctionnement. Cette association rassemble 24 communes du sud est de Rennes, elle constitue un lieu d’échanges, d’information et de réflexion réunissant plusieurs acteurs institutionnels et associatifs. Elle offre un service de proximité adapté à la population âgée et ou en situation de handicap. Elle favorise les actions collectives d’information et de prévention des effets du vieillissement et de la perte d’autonomie. Elle favorise le maintien à domicile des retraités.
  • Le Point Accueil Emploi a été créé en 1997 sous la forme associative intercommunale regroupant 5 communes. Ces communes sont confrontées à des difficultés toujours plus grandes avec un nombre toujours grandissant de demandeurs d’emplois. Cette instance est financée, pour une large part, par la contribution des communes adhérentes.

Suite à la dissolution de l’association Ribambelle, cette dernière nous reverse les subventions non utilisées. L’équipe municipale a décidé de reverser cette somme au C.C.A.S. afin de favoriser le départ des jeunes en vacances.

 

Interview de Vincent Pavis, Administrateur du C.C.A.S.

Josy LAVILLONNIERE : Comment êtes vous entré au Conseil d’Administration C.C.A.S. et pourquoi ? 
Vincent PAVIS : Je me suis porté volontaire pour faire partie du Conseil d’Administration du C.C.A.S. et ma candidature a été acceptée. Le C.C.A.S.  est un organisme à caractère social et c’est la prolongation de mon activité quotidienne. Je suis Chargé de mission à la C.A.R.S.A.T. (ex C.R.A.M.) et j’anime des réunions entreprises en faveur des actifs (+ 55 ans), afin de leur présenter la législation par rapport à la retraite. Je participe à des émissions radio et à un site Internet pour en parler.
Les réunions au sein du C.A. du C.C.A.S. se déroulent bien. L’atmosphère est très conviviale, entre élus et non élus il n’y a pas de tension : c’est appréciable d’en faire partie.

J. L : Quel est le rôle du C.C.A.S. ? 
V. P. : Le C.C.A.S. c’est un dernier levier en matière sociale qui peut être géré localement. Vu la période de crise actuelle, le C.C.A.S. est fortement sollicité. Mais il y a une bonne prise en charge par l’État, car il n’y a pas de situation trop urgente.
La population âgée est importante à Chantepie, il faut réfléchir à sa prise en charge actuelle mais aussi future, sur des thèmes tels que les modes d’accueil, le portage de repas, la mobilité… Il faut aussi penser à la prise en charge des tout-petits.
J. L. : De quelle manière pouvez-vous apporter votre contribution ?

V. P. Je peux être sollicité sur des actions particulières. Dans le cadre du voyage annuel proposé aux anciens par exemple, j’ai proposé le partenariat avec l’A.N.C.V. ce qui a permis de rendre l’offre de service optimum en matière de coût.

 

Témoignage d'Yvonnick LETOURNEUR, Administrateur du C.C.A.S.

Yvonnick LETOURNEUR est Cantepienne, retraitée de l’enseignement primaire. Elle a été sollicitée pour faire partie du Conseil d’Administration du C.C.A.S. et nous indique les raisons pour lesquelles elle a accepté.
« Je pense avoir un rôle à jouer pour aider les autres avec empathie et discrétion, et je suis aussi intéressée à participer à la vie de la commune. Je me sens valorisée car cela me fait du bien de m’occuper de autres. Le rôle du C.C.A.S. est très important, car il y a des personnes en difficultés, qui sont handicapés ou ont besoin d’aides financières.  On peut aussi apporter de l’aide aux personnes âgées, en leur rendant visite tout simplement par exemple car cela les change du quotidien, on peut discuter avec elles : c’est pour cela que j’ai participé, en compagnie de Marie-France PELLETIER -Adjointe en charge de la vie associative- et d’autres personnes aux repas proposés à la Rotonde, au repas annuel du C.C.A.S. par exemple. Mon but est d’aider, à mon niveau, ceux qui ont besoin et ceux qui ont envie d’être épaulés. Les discrets, les solitaires qui souvent ne réclament rien ou si peu et qui nous apportent beaucoup quand on les écoute ».