Culture

retour

L'école de musique et de danse du Suet

Publié le 01/12/2011

Comme prévu au calendrier des travaux, la direction, les enseignants et les élèves de l’école de musique et de danse du Suet ont pris possession, en septembre 2011, de leurs nouveaux locaux, implantés aux 25-27, avenue André Bonnin, dans le Manoir des Vendanges.
En tant qu’élue responsable de ce projet, je voudrais tout d’abord remercier, Monsieur Gilbert Quéré notre architecte, les agents municipaux, Antoine Beyssier, Valérie Kerbiriou et Sylvie Even, pour leur collaboration tout au long de ce chantier et pour nous avoir permis de mener à son terme et dans les temps cet ambitieux projet.
Rappelons qu’en octobre 2008, la Municipalité, propriétaire de ce manoir depuis 2007, a décidé de le réhabiliter pour y installer le siège et l’ensemble des salles de l’école qui étaient dispersés sur la commune.
Cet ancien manoir, magnifiquement réaménagé est déjà apprécié des utilisateurs. Sa conception, ses aménagements et sa fonctionnalité en font un établissement qui permet de proposer un service de qualité garantissant un apprentissage de la musique et de la danse de haut niveau.
Gilbert Quéré, l’architecte, a su concevoir dans le bâtiment ancien totalement réhabilité un nouvel espace qui permet d’offrir aux 266 élèves Cantepiens inscrits dans 20 disciplines musicales un cadre de travail de choix.
Tout a été étudié afin d’en faire un lieu fonctionnel, lumineux, accessible à tous, tout en répondant aux normes obligatoires, tant au niveau des matériaux, de l’acoustique, de l’énergie (Bâtiment Basse Consommation-BBC), enfin un lieu idéal pour pratiquer la danse et la musique.

Découverte de ces nouveaux locaux

Après avoir emprunté l’espace du futur parc qui sera ouvert sur l’avenue André Bonnin et assurera la transition vers l’entrée de l’école, nous entrons dans le grand hall vitré, spacieux et lumineux, qui nous donne accès à un couloir desservant la salle de danse, la salle des musiques actuelles, trois salles réservées au secrétariat, les vestiaires danse, une salle de détente, les sanitaires et un local de rangement.
Au 1er étage, nous trouvons une salle de répétition, une salle de piano, trois salles de cours, la salle des professeurs, le bureau du directeur et des sanitaires.
Au 2ème étage, deux autres salles de cours et une terrasse extérieure végétalisée (non accessible). L’ensemble représentant une surface aménagée de 650 m2. Il est à noter qu’un ascenseur est disponible pour les personnes handicapées pour accéder aux étages.
Dans le futur parc qui sera aménagé pour le printemps prochain afin de finaliser et parfaire l’environnement de l’établissement, le visiteur pourra admirer le séquoia, arbre centenaire, qui ne peut pas passer inaperçu et une sculpture dédiée à la musique réalisée par Jocelyn Cottencin.
Une signalétique spécifique sera mise prochainement afin de faciliter l’accès à l’établissement.
Avec ce nouvel équipement, la ville se dote d’un « moteur » culturel et social performant qui doit marquer une nouvelle ère pour l’école de musique et de danse du Suet.
Cet établissement va permettre d’offrir les conditions d’accès et de développement de la musique et de la danse pour le plus grand nombre.
L’apprentissage et la pratique de la musique ou de la danse font partie de la vie sociale d’une ville. Parties intégrantes de la Culture, la musique et la danse participent à la qualité de vie, au bien vivre ensemble de la cité et sont de nature à créer la solidarité entre générations.

Marie-France Pelletier
Adjoint à la Vie associative
Animatrice Pôle "Culture, sports et Loisirs"

 

L’inauguration de l’école de Musique et de Danse du Suet

Le samedi 19 novembre dernier, s’est déroulée l’inauguration de l’école de Musique et de Danse du Suet, en présence de Monsieur le Maire, Grégoire Le Blond, Marie-France Pelletier, Adjointe à la vie associative, en charge du projet, Marie-Noëlle Brossault, Conseillère municipale déléguée à la Vie culturelle, Christian Bothé, Directeur de l’école, Gilbert Quéré, Architecte, Jacky Daviau, Président du Comité syndical du Suet, et les autres membres du Conseil municipal.

Étaient aussi présents les représentants institutionnels, des élus d’autres communes qui avaient été invités, les entreprises associées aux travaux, les différents partenaires de la commune ainsi que les agents des services municipaux ayant contribué à l’avancement des travaux.

Pour lancer l’inauguration, Marie-France Pelletier, Adjointe à la vie associative, entourée des invités, a coupé le ruban avant de pénétrer dans les locaux.

La journée a été rythmé par deux événements : la cérémonie d’inauguration le matin et les « Portes ouvertes » l’après-midi.

Afin que les visiteurs vivent un moment agréable et humoristique, une animation proposée par des comédiens a rythmé la visite, tant le matin que lors des Portes ouvertes de l'après-midi. Cette animation, mettant en valeur l’école de musique et de danse et les activités qui y sont pratiquées, et permettant ainsi de connaître ce lieu.

Puis la visite a débuté par l’accueil des visiteurs par les comédiens dans le hall de l’école. Avec beaucoup d’humour, un duo de guides, spécialistes en musique et en danse, a expliqué l’histoire du lieu : la propriété dénommée « Manoir des Petites Vendanges » appartenait à la famille Dumouch. Le bâtiment a été racheté par la municipalité en 2007, puis en 2008 il était décidé de le réhabiliter pour y installer l’école.

Les visiteurs ont ensuite été invités à participer à un quizz musical. Le public, fin connaisseur, s’est montré très doué pour reconnaître les morceaux proposés.
La visite s’est poursuivie avec la présentation des différentes salles du rez-de-chaussée : la salle de danse, la salle des musiques actuelles, trois salles réservées au secrétariat, les vestiaires danse, une salle de détente, les sanitaires et un local de rangement.
Dans la salle de danse, une belle démonstration de danse classique des élèves de l’école et de leur professeur a été présentée, cours fortement perturbé par les recommandations d’un père (joué par un comédien) en extase devant les prouesses de son fils.

En passant par la salle des musiques actuelles où un groupe de jeunes gens a proposé un orchestre dynamique, les visiteurs ont été conduits directement au 2ème étage, par l’escalier extérieur, pour accéder au niveau de la toiture - terrasse végétalisée.

Les guides en ont profité pour rappeler les différents travaux et aménagements qui ont été apportés dans ce bâtiment pour répondre aux normes obligatoires, et ce tant au niveau des matériaux, de l’acoustique, de l’énergie puisqu’il est classé bâtiment basse consommation (BBC).
La visite de cet étage se poursuit où une secrétaire en pleins préparatifs de l’inauguration et complètement paniquée par l’arrivée des visiteurs hésite à les laisser entrer dans une des deux salles de cours où se trouvent des personnages étonnants : un professeur aux méthodes plutôt archaïques donne un cours de piano à un élève en grand stress, un autre élève s’attelle mollement à l’écriture au tableau de plusieurs lignes d’une punition. Tout ceci en suivant les recommandations des guides qui invitent à admirer les soubassements de la salle…

Après avoir écouté l’ensemble guitares tranquillement installé dans le couloir, le public a ensuite été invité à se rendre au 1er étage, par l’escalier intérieur (un ascenseur est disponible pour les personnes à mobilité réduite). Ici, une salle de piano, une salle de répétition, trois salles de cours, la salle des professeurs, le bureau du directeur et des sanitaires.

Dans la salle de piano, les visiteurs ont pu apprécier le très beau quatre-mains proposé par un élève et son professeur ainsi qu’une agréable démonstration des violonistes.

La visite s’est terminée dans la salle de répétition où les guides ont conduit le public pour écouter les belles propositions des orchestres, les discours d’inauguration et partager un moment de convivialité offert par la municipalité.
C’est un bâtiment très agréable qui a été inauguré, un lieu véritablement dédié pour la pratique de la musique et de la danse.

 

Christian Bothé, Directeur de l’école de musique et de danse du Suet

Josy Lavillonnière : Comment s’est déroulée la rentrée dans ces nouveaux locaux ?
Christian Bothé : « Au fil des jours, nous nous sommes rendus compte que le déménagement en lui-même représentait un gros travail, ce, en plus de l’organisation, de l’installation à une période plutôt chargée qu’est la rentrée. Mais globalement la rentrée s’est bien passée. Il y avait pour tous l’attente d’intégrer les lieux, avec la motivation de découvrir notre nouveau lieu de travail ».
J.L. : Comment avez-vous vécu les travaux de réhabilitation du manoir ?
C.B. : « Une fois le gros œuvre terminé, je participais aux réunions de chantier hebdomadaires, ce qui me permettait de rencontrer l’architecte et les responsables techniques, et de pouvoir éventuellement intervenir sur des éléments modifiables, ou sur des points auxquels je portais beaucoup d’attention, comme la dimension des portes pour permettre le passage de certains instruments (piano, timbales), l’acoustique ou les types de luminaires qui peuvent parfois entrer en résonance avec les instruments. En amont, nous avions travaillé avec l’équipe pour exprimer au mieux nos souhaits et besoins ».
J.L. : Qu’est-ce qui reste encore à finaliser ?
C.B. : « Principalement ce qui est lié au fonctionnement du bâtiment. Il faut, je pense, un peu de temps ou de recul pour évaluer comment les différents usagers s’approprient le bâtiment. Réfléchir par exemple aux bons endroits en ce qui concerne la communication ».
J.L. : Qu’en est-il au niveau des effectifs de l’école ?
C.B. : « Il y a environ 800 élèves inscrits à l’école de musique et de danse. Une quarantaine de personnes constituent l’équipe (enseignants, musiciens intervenants et personnel administratif). En plus des élèves qui fréquentent régulièrement l’école, le Suet intervient, avec l’action des musiciens intervenants, auprès d’autres publics comme le centre de loisirs ou les assistantes maternelles (éveil musical) ; interventions qui peuvent aussi maintenant se dérouler dans les nouveaux locaux ».
J.L. : Qu’est-ce qui a changé avec cette nouvelle installation ?
C.B. : « Avant le déménagement, les cours étaient dispersés dans divers lieux : à la Maison Pour Tous, à l’école Les Landes, au Gymnase des Deux Ruisseaux, à l’Atrium.
Les nouvelles conditions vont renforcer la cohésion et favoriser les échanges formels (réunions de travail, échanges pédagogiques), ou informels, par le seul fait de se rencontrer dans les couloirs.
Nous retrouvons avec ce bâtiment de très bonnes conditions de travail. Les conditions acoustiques, d’espace ou de luminosité vont contribuer à la qualité des enseignements. La réunion de la musique et de la danse est un point important, tout comme le fait que les musiques actuelles retrouvent un lieu adapté. En termes de diffusion, on va pouvoir proposer des auditions dans la salle de pratiques collectives.
L’intégration de ce lieu et le fait d’être une école intercommunale, va permettre d’élargir l’offre des disciplines ou esthétiques enseignées
».
J.L. : Avec ce nouvel espace, l’école de musique et de danse du Suet prend-elle toute sa dimension de Conservatoire à Rayonnement Intercommunal ?
C.B. : « En effet. La réalisation de cet équipement a été une des conditions pour obtenir l’agrément du ministère et le classement en conservatoire à rayonnement intercommunal. Il devrait permettre de mieux identifier l’école. L’aménagement prochain du parc va lui donner une lisibilité encore plus grande ».

 

Olivier Pavec, Professeur de piano

Josy Lavillonnière : Depuis quand enseignez-vous le piano ?
Olivier Pavec : « J’enseigne le piano depuis 1993 à Chantepie. Je donne aussi des cours à St Armel et à Vern-sur-Seiche, mais l’essentiel de mon enseignement se passe à Chantepie. Je forme les enfants depuis le CE2 jusqu’aux grands adultes, élèves qui pour la plupart habitent à Chantepie ».
J.L. : Vous avez donc connu différents lieux pour enseigner votre discipline ?
O.P. : « Effectivement. J’ai fait des répétitions à St Melaine, j’ai enseigné à la Maison Pour Tous et à St Armel, au début dans la salle du Conseil municipal avant de trouver un lieu plus adéquat ».
J.L. : Qu’est-ce qui a changé au niveau de l’école ?
O.P. : « Il y a un changement de marque. On a vraiment une école qui est fabriquée autour de la musique et de la danse, avec l insonorisation, l’espace, le matériel. Les conditions de travail sont très bonnes : comme on a le confort de travail et le calme, il nous reste encore de la fraîcheur après plusieurs heures de cours, et donc une certaine qualité de vie.
Il y a un confort et une ambiance remarquables qui sautent aux yeux.
Maintenant on peut voir ses collègues et donc échanger beaucoup plus facilement. On pourra travailler vraiment en équipe sur des projets, travailler en groupe avec les élèves et proposer des auditions.
Nous avons déjà un projet musique et danse qui engage beaucoup d’enseignants. La réunion des deux disciplines au sein du même lieu va faciliter grandement les choses
».
J.L. : Voyez-vous des incidences sur Le Volume de Vern-sur-Seiche ?
« Le fait qu’il y ait deux lieux ramassés (le Volume et le Manoir) et non plus plusieurs lieux éclatés va aussi faciliter les choses. On va pouvoir concentrer les énergies ».
D’ores et déjà, Olivier Pavec vous invite le mercredi 28 mars, à la Maison Pour Tous (salle Pierre Fouré) à un concert autour des claviers (piano, clavecin,) avec de petits groupes d’instrumentistes (flûte, violon, violoncelle) et de la classe de percussion classique. Ce concert est ouvert au public, entrée libre.

Adèle, 16 ans, Cantepienne, pratique le piano depuis 8 ans

" J’ai connu les cours à la Maison Pour Tous et maintenant au Manoir.
Ici c’est plus sympathique qu’à la Maison Pour Tous où c’était plus petit et plus sombre. Cela donne envie de travailler.
On voit la vie du bâtiment, surtout le mercredi où il y a beaucoup de circulation ; le samedi, c’est différent, il y a moins de monde
".