Environnement

retour

Economisons nos ressources

Publié le 01/06/2014

L’impact de l’activité humaine sur notre environnement est indéniable. Notre volonté générale de protection de notre environnement se traduit par :

- l’exigence de bonne gestion et de protection de nos ressources en eau. Nous avons l’eau courante, c’est si courant ;-) que nous oublions que cette eau qui coure dans nos tuyaux pour arriver jusqu’à nos robinets n’est pas inépuisable. Consommons l’eau de manière économe pour toujours en avoir à notre disposition. En effet, l’eau provient de sources souterraines ou de cours d’eau qui peuvent connaître de fortes variations de volume en fonction des conditions climatiques (périodes de sècheresse). La qualité sanitaire de nos ressources en eau est elle aussi variable en fonction des activités humaines qui l’entourent et peuvent parfois la polluer.

- les énergies fossiles que sont le pétrole et le gaz sont en quantité finie sur notre planète. A plus ou moins longue échéance, elles seront épuisées. Ce sont également des énergies polluantes car leur combustion provoque l’émission de gaz à effet de serre. Réduire leur consommation est crucial car on réduit ainsi les émissions de CO2, donc l’impact de l’activité humaine sur les changements climatiques. Consommer moins d’énergie est possible en améliorant l’isolation de nos logements et de nos bâtiments, en ayant recours aux transports en commun, en nous déplaçant à pied ou à vélo pour les courtes distances. Adoptons les gestes qui permettent de consommer le moins d’énergie possible. Gardons à l’esprit ce principe : la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas !

- le compostage permet d’éviter que nos déchets organiques ne se retrouvent dans les ordures ménagères. C’est donc moins de déchets collectés et transportés sur nos routes dans les camions poubelle, et moins de déchets traités par l’usine d’incinération : le meilleur déchet est celui que l’on ne génère pas! Grâce au compostage, nos déchets de cuisine et une part de nos déchets de jardin se transforment en un excellent engrais naturel pour nos plantes, nos fleurs.

Je vous souhaite une bonne lecture de ce dossier. Je vous invite également à consulter dans la rubrique Environnement du site de la ville www.chantepie.fr le thème « Développement durable et éco-citoyen ».

René ROUSSEL
Maire-Adjoint délégué à la Sécurité et à la Prévention, à l’Environnement et aux Espaces verts

 

Les actions de la commune

Le développement économique des différentes nations, tel qu’il s’effectue de nos jours, provoque une augmentation de la consommation d’énergie, ainsi qu’une altération et une et une diminution de nos ressources naturelles. La maîtrise de nos consommations d’énergie nous garantit une économie financière en plus de la préservation de notre environnement. L’économie de nos ressources étant l’affaire de tous. La ville de Chantepie y prend sa part en mettant en place des actions afin de diminuer sa consommation d’énergie et d’eau.

/

La convention des maires

En signant la convention des maires en 2009, Chantepie s’est engagée à réduire d’au moins 20 % ses consommations d’énergie, d’au moins 20 % ses émissions de CO2 et à produire au moins 20% d’énergies renouvelables sur son territoire d’ici 2020, par rapport à 2006. Un plan d’action a été mis en place sur différentes thématiques : patrimoine communal, éclairage public, mobilisation des habitants, déplacements de proximité, commande publique durable, commerce, éduction à l’énergie et au développement durable, zones d’activités, énergies renouvelables.

Adhésion à l’ALEC

En adhérant à l’ALEC (Agence Locale de l'Energie et du Climat), la ville bénéficie du Conseil Energie Partage, service destiné à aider la commune à réduire ses charges énergétiques en maîtrisant ses consommations. L’ALEC a élaboré des diagnostics énergétiques des bâtiments communaux afin de repérer les édifices les plus énergivores et ainsi trouver des solutions.

Rénovation de la mairie

Les bâtiments et l’éclairage public sont les plus gros consommateurs d’énergie. C’est pourquoi lors de la rénovation de la mairie différents points ont été revus. Le remplacement des menuiseries, le renforcement de l’isolation, le changement de la chaudière et la meilleure régulation du chauffage ont permis de diminuer la consommation du bâtiment.

Eclairage public

L’éclairage public est un budget conséquent pour une commune. Il est donc important de réfléchir à l’impact environnemental et à la maîtrise des coûts. Différentes techniques peuvent être mises en oeuvre, cela peut passer par l’adaptation des puissances et des lampes, la rénovation du parc lumineux, le temps d’allumage… Pour engager une réflexion sur la gestion de l’éclairage public, un groupe de travail a été constitué afin de trouver des solutions permettant de lier sécurité, confort, qualité de vie, coûts et consommation d’énergie.

Sensibilisation des agents

Les plus petits gestes sont importants. C’est dans cet objectif qu’une campagne de sensibilisation aux économies d’énergies a déjà été suivie par des agents communaux et sera renouvelée. Des gestes simples ont été expliqués afin de réduire la consommation sur le lieu de travail. Vous pourrez retrouver ces gestes dans les pages centrales du dossier.

Les éco-gestes

A la maison

- Tri des déchets
o je trie mes déchets (carton, verres, papier) et je respecte les règles du tri sélectif
o je dépose à la déchèterie les solvants, les huiles, les encombrants
o je rapporte mes médicaments inutilisés ou périmés chez le pharmacien

- Appareils électriques
o Je ne laisse pas mes appareils électriques en veille – Un téléviseur en veille c’est jusqu’à 70 % de sa consommation totale en électricité
o Je ne laisse pas mes chargeurs branchés quand ils ne sont pas en fonctionnement

- Lumière
o J’éteins la lumière quand je sors d’une pièce
o J’utilise au maximum la lumière naturelle
o J’utilise des ampoules basse consommation

-Chauffage
o Je module le chauffage en fonction des pièces de la maison – plus chaud dans la salle de bains et le séjour, moins chaud dans les chambres
o Diminuer de 1°C la température permet d’économiser 7% d’énergie
o Je mets le chauffage en mode hors gel quand je pars plus de deux jours

- Réfrigérateur
o Je dégivre régulièrement mon réfrigérateur

- Appareils ménagers
o Je fais fonctionner le lave-linge ou le lave-vaisselle que lorsque la machine est remplie
o Je choisis de préférence un programme court et économique – un cycle à 90° consomme trois fois plus qu’un cycle à 40°

- Eau
o Je prends une douche rapide plutôt qu’un bain – entre 25 et 100 litres sont consommés lors d’une douche contre 250 litres environ pour un bain
o Je coupe l’eau quand je me brosse les dents ou que je me rase
o J’utilise une chasse d’eau à double commande dans les toilettes

- Cuisine
o Je mets un couvercle sur la casserole
o J’évite d’utiliser le micro-onde pour décongeler les aliments

Dans nos déplacements

- Transports en commun
o Je privilégie les transports en commun

- Vélo, roller, marche
o Je profite des cours trajets pour faire du vélo, du roller et de la marche

- Voiture
o J’opte pour une conduite souple et je respecte les limitations de vitesse
o Je propose ou je fais du covoiturage
o Je fais contrôler régulièrement ma voiture

Jardin

- Arrosage
o J’arrose mon jardin le soir
o J’utilise des techniques économes en eau : tuyaux suintants, paillage, goutte à goutte…

- Produits naturels
o J’utilise des produits naturels pour l’entretien

Au travail

- Lumière
o J’éteins la lumière en sortant de mon bureau, d’une salle de réunion ou des sanitaires
o je place mon plan de travail près des fenêtres pour utiliser au maximum la lumière naturelle

- Ordinateur
o Je ne laisse pas l’ordinateur en veille

- Tri des déchets
o Je jette les toners et les cartouches d’encre dans un conteneur prévu à cet effet

- Courrier électronique :
o Je privilégie les emails et j’imprime que si nécessaire

- Covoiturage
o Je propose à mes collègues de faire du covoiturage

- Impression :
o J’imprime en recto/verso, ou j’utilise du papier déjà imprimé d’un côté,
o J’imprime le plus possible en noir

Dans mes achats

  • Je privilégie les emballages recyclables
  • Je n’achète pas de produits sur-emballés
  • Je choisis des produits rechargeables

Combien de temps mettent les déchets à disparaitre ?

  • Mouchoir en papier : 1 à 3 mois
  • Peau de fruit : 15 jours à 1 mois
  • Mégot de cigarette : 1 à 5 ans
  • Ticket de bus ou de métro : quelques semaines
  • Pile au mercure : plusieurs siècles
  • Chewing-gum : 5 ans
  • Sac plastique : 450 ans

 

Témoignages d’habitants

A l’heure du développement durable nous sommes de plus en plus nombreux à prendre en compte le respect de l’environnement en considération dans notre vie de tous les jours.
Voici le témoignage de deux familles qui utilisent respectivement un récupérateur d’eau de pluie et un composteur.

Le récupérateur d’eau de pluie

Le récupérateur d’eau de pluie est un système de collecte par les gouttières et de stockage de l’eau pluviale. Ce dispositif permet de faire des économies et de préserver la ressource en eau, puisque celle-ci sera utilisée ultérieurement pour de l’arrosage…

/

Témoignage d’une famille située rue du Parc à Chantepie, composée de 4 personnes

Quel type de récupérateur avez-vous ?
Nous avons une cuve enterrée qui stocke l’eau de pluie récupérée par les gouttières. L’eau est ensuite desservie par 3 robinets (extérieur et intérieur), et elle est également utilisée pour la chasse d’eau. La cuve à une capacité de 4 000 litres.

Quand l’avez-vous installé ?
Nous l’avons installé en 2005 lors de la construction de la maison. Nous étions des précurseurs à cette époque.

Qui s’est occupé de son installation ? Pour quel coût ?
Ce sont des entreprises qui ont géré l’installation. Le terrassier pour la cuve et le plombier pour la pompe. Cela nous a couté environ 2500 € pour l’installation et le matériel.

A quel usage cette eau est destinée ?
Nous utilisons l’eau récupérée pour le jardin, l’arrosage des plantes et pour la chasse d’eau également.

Savez quelles économies vous réalisez en moyenne sur l’année ?
Nous faisons environ 20 à 30 % d’économie d’eau sur l’année.

Globalement êtes-vous satisfait de votre installation ?
Oui, si c’était à refaire nous le referions mais avec une capacité de cuve plus importante. Nous avons calculé qu’il faut en moyenne 8 ans pour rentabiliser l’installation, mais c’est surtout une démarche écologique.

Le composteur

Rien ne se perd tout se transforme. Nous connaissons tous cet adage qui pourrait parfaitement définir le composteur. Le composteur permet de transformer nos déchets en fertilisant naturels et de qualité pour le jardin.

/

Rencontre avec une famille de 6 personnes, qui utilise un composteur collectif rue des Deux Ruisseaux.

Quel est le principe du composteur collectif ?
Le composteur collectif permet aux familles du collectif de déposer leurs déchets organiques dans un seul et même endroit. Actuellement nous sommes une dizaine de famille à l’utiliser.

Que mettez-vous dans le composteur ?
Nous mettons principalement nos déchets verts : épluchures de légumes et de fruits (carotte, navet, poireaux, pommes de terres…).

Comment utilisez-vous le fertilisant créer par le composteur ?
Pour le moment nous n’avons pas encore eu l’occasion d’utiliser le fertilisant du composteur, il est encore en maturation. Mais il va être utile comme terreau pour nos plantes et nos jardins.

Etes-vous satisfait de cette démarche ?
Oui nous sommes très contents d’avoir à disposition un composteur. Et j’espère que cette démarche va sensibiliser nos voisins. Cela ne demande pas d’efforts, juste un tri plus sélectif de nos déchets. L’objectif étant de ne pas gagner forcément de l’argent mais de participer, à notre échelle, au respect de l’environnement.